Les différentes étapes

20-Cheverchemont-L'Institution Saint-Joseph

Localisation : Cheverchemont

Historique

Un bref historique de la communauté des « Frères de Metzenheim », qui s’est installée à Cheverchemont pendant la Seconde Guerre Mondiale, nous a été laissé par l’un de ces Frères, Raphaël Braun. En voici la transcription :

« L’Institution Saint-Joseph à Triel-sur-Seine de 1941 à 1947

Par Fr. Raphaël Braun – Metzenheim

1 - Identité des Frères

Les Frères sont le Congrégation diocésaine des « Frères de la Doctrine Chrétienne » du diocèse de Strasbourg, congrégation fondée en 1845 par Mr le chanoine Mertian (1823-1890).

But : la formation de la Jeunesse alsacienne masculine par l’enseignement et ses œuvres annexes dans les écoles publiques ou les établissements privés du diocèse : l’Alsace.

La Maison-mère est actuellement à Metzenheim (Bas-Rhin) - depuis 1945 – d’où dans la région de dénomination courante des « Frères de Metzenheim », à cause du Collège Saint-Joseph construit en 1870.

2 – Origine et causes du séjour à Triel

A la déclaration de la guerre le 3 septembre 1939, le Collège se voit interdit de toute activité de son internat (350 lits) à cause de la proximité du « front » sur le Rhin, à 6 km.

Les Frères non mobilisés, pour continuer la vie du collège, s’établissent en novembre 1939, avec une centaine de leurs élèves internés au château de Combreux à Tournan-en-Brie, dans une maison de retraite des Frères de St Vincent-de-Paul.

Après la débâcle de juin 1940, Frères et élèves rentrent en Alsace. Mais dès août une nouvelle équipe de 10 jeunes Frères, des démobilisés viennent se réfugier à Tournan, car ils étaient interdits d’enseignement en Alsace. C’est toujours le Collège Saint-Joseph, mais les vingt internes et les cinquante externes sont des Briards ou des parisiens.

ID602 01 Cheverchemont3 – Installation à Triel-sur-Seine en août 1941

A cause de l’exiguïté des locaux au château de Combreux, à la suite aussi des difficultés du voisinage avec l’Orphelinat des Frères de St Vincent-de-Paul, dans la même propriété, on cherche un autre refuge.

Des appels viennent, entre autres, de Triel de la part de Mr le curé Marquer et surtout des Sœurs de Notre-Dame de Strasbourg, installées depuis 1939 à Triel, dans la maison Cantonnet au bord de la Seine, avec un externat mixte d’E.P.S.

Cette mixité déplaît aux Mères Supérieures et à l’Évêché de Versailles, d’où l’appel des Frères de Tournan. Les Sœurs enseignantes de Notre-Dame : fondée au début du 16e siècle par Saint Fourier (1565-1640), curé de Mattaincourt (Vosges). Leurs collèges se dénommant « Les Oiseaux » (Verneuil).

En été 1941, l’E.P.S. de la maison Cantonnet est formée et les Mères iront à Saint-Étienne ouvrir (ou renforcer) un collège de jeunes filles. Mais trois Mères restent à Triel et tiennent l’École Notre-Dame, avec les classes primaires pour les filles ; les filles du Secondaire iront aux « Oiseaux ».

L’Institution Saint-Joseph s’installe donc an automne 1941 dans une propriété de Cheverchemont que le propriétaire, Mr Prévôt vient d’acheter et qu’il loue à la paroisse de Triel par son curé très actif Mr Marquer.

Le mobilier et matériels scolaires sont déménagés par camion de Tournan à Triel, de même pour l’équipement de l’internat. Les cinquante internes, soit de la Brie, soit du Vexin, seront installés dans la « Maison Goley » sise à 200 mètres au nord dans la même rue, maison louée par les Frères à cet effet.

Après d’importants travaux d’aménagement du vieux corps de bâtiment, l’ouverture de l’Ecole peut se faire à la fin septembre 1941 avec une centaine d’élèves, chiffre qui montera rapidement à 150, dont une cinquantaine d’internes.

L’École aura six classes :

1. La classe des « petits » (cours préparatoire et C.E. 1er année) qui fonctionne au Patronage paroissial, près de l’église.

2. A Cheverchemont : le C.E. 2 et C.M. 1er année

3. A Cheverchemont : le C.M. 2eme année

4. A Cheverchemont : les 6e et 5e réunies en Cours Supérieur et Fin d’Études pour la préparation au C.E.P.

5. La classe de 4e

6. La classe de 3e pour la préparation au Brevet.

A côté de l’école, les Frères participaient à la chorale paroissiale avec l’organiste aveugle Mr Chineau, de Triel. Moi-même, je dirigeais le groupe des Cœurs Vaillants au patronage du jeudi et des grandes vacances et où venaient les garçons du public et du privé.

Le Directeur de l’École était le Ch. Fr. Fulrade Klein. A côté des 8 Frères enseignants que nous étions, il y avait encore le Fr. Cuisinier et le Frère Jardinier qui rendaient de grands services à l’École.

4 – Retour en Alsace

Avec la libération de l’Alsace au printemps 1945, il fallut rouvrir nos écoles en cette Alsace qui avait beaucoup souffert.

Huit Frères de l’équipe furent rappelés en Alsace en juillet, emportant le surplus du mobilier ; trois classes furent maintenues, avec trois Frères enseignants et le Fr. Cuisinier.

Trois classes primaires fonctionnèrent, mais dès l’été 1947, l’Évêque de Strasbourg rappelait ces quatre Frères pour éviter des fermetures de poste en Alsace.

Un noyau de vingt internes était maintenu, ce qui assurait des finances nécessairement courtes par ailleurs.

5 – La succession

Elle sera assurée par Mr & Mme Henrion, choisis et installés par Mr le Curé Hérissé, successeur de Mr Marquer qui était devenu curé de St Leu-la-Forêt.

J’ignore le départ de Triel de Mr Henrion.

Metzenheim, le 14 avril 1984

Signé Fr. Raphaël Braun »

Related Articles

Connexion

Qui est en ligne

Il y a 250 invités et aucun membre en ligne

Free Joomla templates by Ltheme